Le problème grec : une question de droits de propriété

Alors qu’on s’interroge sur les conséquences d’une sortie de la Grèce de la zone euro ou d’un défaut sur la dette de l’État grec, jamais il n’aura été plus urgent de comprendre les causes profondes du problème auquel fait face la zone euro. Ces causes peuvent se résumer en une : « réserves fractionnaires » ou « couverture partielle des dépôts ». Ce que je vais expliquer là n’a rien de secret et fait partie de tout cours sur la monnaie, mais on comprend rarement ce que les réserves fractionnaires impliquent en dernière analyse et trop rares sont les esprits critiques qui les remettent en cause.

Plaçons nous dans le cadre imaginaire d’un monde où les droits de propriété sont respectés. Prenons Pierre qui dispose d’un dépôt à la banque A. Pierre peut à tout moment disposer comme bon lui semble de son dépôt. Rien de plus normal, puisqu’il en est le propriétaire. Si la banque A veut prêter à Paul, elle ne peut donc pas utiliser le dépôt de Pierre. Elle doit puiser dans ses fonds propres ou trouver des prêteurs. D’une manière générale, les déposants disposent à tout moment des fonds déposés, tandis que les prêteurs acceptent de renoncer à disposer de l’argent pendant la durée du prêt, et ils ont conscience des risques associés, pour tout cela ils demandent un intérêt. Lorsque Paul se verra prêter l’argent en question, il le déposera à la banque B. De la même façon, cette banque ne pourra pas utiliser cet argent pour prêter à Jacques. En résumé, ici, chacun sait de combien il dispose, connaît les risques associés en cas de prêt. Un défaut de remboursement de prêt a des conséquences circonscrites. La situation est saine et claire pour tout le monde : les droits de propriété sont respectés, donc chacun assume ses responsabilités.

Revenons à notre monde réel. Pierre dispose d’un dépôt de 100€ à la banque A. Pierre peut à tout moment disposer comme bon lui semble de son dépôt. Problème : lorsque la banque A veut prêter à Paul, elle est autorisée par le pouvoir politique, en violation des principes généraux du droit, à utiliser l’argent de Pierre jusqu’à 90€ (pour simplifier). Imaginons que Paul emprunte exactement ce montant et le dépose à la banque B. Cette dernière pourra faire de même pour prêter à Jacques 81€ (90% de 90€) en utilisant le dépôt de Paul. Ainsi de suite, ce système crée ex nihilo 900€ (90+81+…) à partir du dépôt de 100€ de Pierre. Pourquoi « crée » ? Parce que chacun pense pouvoir utiliser cet argent à tout moment. Le risque est grand que certains ne puissent récupérer leur dû si tout le monde le fait au même moment. Si beaucoup de prêts ne sont pas remboursés, une réaction en chaîne commence car les dépôts des uns soutiennent une masse considérable de prêts des autres (c’est la déflation-dépression). La violation des droits de propriété expliquent donc in fine l’instabilité chronique du système bancaire.

Le problème grec est le suivant : si l’État grec fait défaut ou rembourse en monnaie de singe, les banques qui détiennent des obligations de cet État peuvent faire faillite, emportant avec elles d’autres banques et leurs dépôts : tout le monde se tient.

On a ici un formidable aléa moral : l’État grec, et d’autres États, ainsi que des grandes banques « trop grosses pour faire faillite », peuvent avoir une gestion déraisonnable en considérant que ce sont les autres qui paieront pour ne pas faire sauter le système dans lequel chacun a des intérêts. (1)

Ce système est condamné car aucune société ne peut reposer sur l’irresponsabilité érigée en Principe. Il n’y aura pas de retour à une croissance économique durable sans retour à une monnaie saine et à des banques saines où chacun assume ses responsabilités grâce à un système clair et sans ambiguïté de droits de propriété. (2)

(1) Voir La Tragédie de l’euro de Philipp Bagus
(2) Voir Le mystère du capital d’Hernando de Soto

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s